romancier toulousain

romancier toulousain, encore jeune : 40 ans, et auteur de chansons. (parolier ?)
Je suis romancier et même un romancier toulousain.

Je suis aussi auteur de chansons romancier... un romancier parolier écrivant aussi du théâtre.

- Vous n’étiez pas au premier festival du livre de Cahors, pourquoi ?
- Je n’ai même pas eu à refuser ! Les organisateurs connaissaient mon allergie à leurs mascarades, même s’ils m’avaient proposé un stand gratuit, et la possibilité de vendre sans marge à laisser aux libraires. Ils doivent considérer avoir eu « la sagesse » de ne pas m’inviter !

- Les libraires de Cahors semblaient ravis de leur journée.
- Naturellement ! Les moyens médiatiques du département, de la ville, de la communauté de communes, de la région, mis à leur service, quelle corporation ne le souhaiterait pas ! Les libraires sont des commerçants bien organisés ! Et tellement d’écrivains acceptent de venir travailler pour eux gratuitement !
- Mais venir, c’était aussi être découvert par de nombreux cadurciens.
- S’ils s’intéressent vraiment aux livres, ils me liront un jour ! Mes livres sont en vente sur internet.

C'est quoi, un parolier ? Quelqu'un qui écrit des chansons !


Viré, viré, viré, même viré du Rmi !
Roman
débute par :

Il cite Marcel Proust, Stendhal, Milan Kundera, Emile Zola mais aucune référence précise ne lui vient quand il repense à l’instant crucial, au jour où il fut persuadé d’avoir compris l’essentiel : « pour atteindre mon objectif, je devrai tricher encore un peu mais surtout comprendre avant les autres un bouleversement ; tricher et magouiller, au stade amateur, sera rapidement insuffisant ; l’autre alternative étant de me professionnaliser, prendre trop de risques, tenter un de ces coups de poker le plus souvent synonyme de case prison... et ça non ! »
Son objectif : « vivre libre. » Classique. Vivre libre avec la littérature et la nature. Lire, planter des arbres, manger de vrais fruits, jardiner, et pourquoi pas même un jour écrire, raconter. Moins Classique.
A la librairie de Reims, il avait acheté des biographies d’écrivains et son premier mois de chômeur s’est déroulé avec ces livres, dans sa chambre d’enfant, chez sa mère, où il est retourné après « l’accord transactionnel », conclusion voulue définitive d’une expérience de salarié.



La notion de commerce équitable, quand il s’agit du café ou du chocolat, suscite l’intérêt des consommateurs occidentaux.

La notion est tellement porteuse que les grandes surfaces s’y sont engouffrées et l’absence de réglementation, contrôles, chartes, permet de créer d’autres multinationales ! Quelques « scandales » ne manqueront pas d’éclater quand des enquêtes indépendantes décortiqueront les réseaux financiers, le montant réellement reversé aux producteurs « indépendants ».

Combien touchent les producteurs sur un paquet de café estampillé commerce équitable ? Vous croyez la majorité ?



Et combien d’euros reviennent à l’écrivain quand vous achetez son livre ?

Les livres équitables ? Est-ce possible ? salondulivre.biz est désormais le salon du livre équitable.

oct 2014 transf host